Résumé de « L’Étranger » d’Albert Camus : Une exploration de l’absurdité de la vie


Introduction

« L’Étranger » est l’un des romans les plus célèbres d’Albert Camus, philosophe et écrivain français. Publié en 1942, le livre est souvent associé au mouvement existentialiste, bien que Camus lui-même ait préféré être associé à l’absurdisme. Le roman explore les thèmes de l’absurdité, de l’aliénation et de l’indifférence à travers le personnage principal, Meursault.

Le personnage de Meursault

Meursault, le personnage principal, est un homme qui vit dans l’indifférence totale envers le monde qui l’entoure. Il ne montre aucune émotion lors de la mort de sa mère, il ne ressent pas d’amour pour sa petite amie, Marie, et il tue un homme sans raison apparente. Meursault est un étranger à la société, incapable de comprendre ou de se conformer à ses normes et attentes. Il vit dans le présent, sans se soucier du passé ou de l’avenir.

L’indifférence et l’absurdité

Le thème de l’indifférence est central dans « L’Étranger ». Meursault est indifférent à tout – à sa propre vie, à la mort de sa mère, à son amour pour Marie, à son crime. Cette indifférence est un reflet de l’absurdité de la vie, un thème clé de l’œuvre de Camus. Pour Camus, la vie est absurde parce qu’elle n’a pas de sens ou de but intrinsèque. Nous sommes nés sans raison, nous vivons sans but et nous mourons sans raison. Cette prise de conscience de l’absurdité de la vie conduit à l’indifférence de Meursault.

La mort et l’absurdité

La mort est un autre thème important dans « L’Étranger ». Camus voit la mort comme la seule certitude dans la vie. C’est la fin inévitable de notre existence absurde. Pour Meursault, la mort n’est ni bonne ni mauvaise, elle est simplement inévitable. Lorsqu’il est condamné à mort pour le meurtre qu’il a commis, Meursault accepte sa sentence avec indifférence. Il reconnaît que la vie est absurde et que la mort est la seule certitude.

L’étranger et la société

Meursault est un étranger non seulement en raison de son indifférence, mais aussi en raison de son incapacité à se conformer aux attentes de la société. Il ne pleure pas à l’enterrement de sa mère, il ne veut pas se marier avec Marie, il ne montre aucun remords pour son crime. Pour la société, Meursault est un étranger, un outsider, un homme qui ne respecte pas les normes sociales. Il est condamné non seulement pour son crime, mais aussi pour son indifférence et son non-conformisme.

Conclusion

« L’Étranger » est une exploration profonde de l’absurdité de la vie. Camus utilise le personnage de Meursault pour montrer que la vie n’a pas de sens ou de but intrinsèque. Nous sommes tous des étrangers dans un monde absurde, condamnés à vivre sans but et à mourir sans raison. La seule réponse à l’absurdité de la vie est l’indifférence, comme le montre Meursault. Le livre est un appel à accepter l’absurdité de la vie et à vivre dans le présent, sans se soucier du passé ou de l’avenir.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *